En évoquant le sujet, je me suis rendue compte que presque toutes les femmes dans mon entourage en souffraient et qu'à part un gel visqueux bourré d'hormones et globalement inefficace, il n'existait aucune solution pour soulager de cet enfer.

Ce trouble bénin dû à un déficit en progestérone, qui survient généralement une semaine environ avant les règles au moment du syndrome pré-menstruel, concerne entre 50% et 80% des femmes. Donc une grande majorité. Les symptômes sont, au choix : gonflement des seins qui deviennent hyper douloureux/sensibles et granuleux, sensation d'être "pleine d'eau", inconfort dans ses vêtements, impossibilité de dormir sur le ventre ou sur le côté et de faire du sport ou toute forme d'activité physique, nécessité de mettre un soutif pour celles qui n'en mettent jamais ou de mettre un soutif plus grand qu'à l'ordinaire pour celles qui en mettent, douleurs lombaires ...

On se dit évidemment que si les hommes avaient les couilles qui gonflent et au bord de l'implosion une fois par mois, on aurait sûrement trouvé un remède efficace depuis l'Antiquité.

 

  • 14 Février 2018