Journalisme

Ces rappeuses qui n'ont plus peur du mot "gouine", 17 mars 2015

Ces rappeuses qui n'ont plus peur du mot

Depuis plusieurs années maintenant, une vague de femcees a émergée dans le rap américain, portant des nouvelles revendications relatives aux enjeux contemporains, autres que l'oseille, le cul et les moteurs à plus de 16 soupapes. Des artistes signées sur des labels indépendants, qui marquent leur différence dans l’ombre en proposant une alternative au rap mainstream piloté par les agences marketing. D’Austin à New York, God-des and She, Kalae Nouveau et Nyemiah Supreme nous ont raconté pourquoi le simple fait d'être une rappeuse est aujourd'hui un acte politique en soi...

Lire l'article en entier sur Noisey

 

Vous pourrez toujours compter sur Kill the DJ pour vous donner du pouvoir, 26 novembre 2014

 

Demain soir, jeudi, à partir de 21h30, Kill The DJ investira le Monseigneur pour la realease party de l'excellent premier album de C.A.R., avec un live du nouveau projet de Chloé Raunet et une tapée de DJs maison, parmi lesquels Chloé, Clara 3000 et Ivan Smagghe. Jeudi. Kill The DJ. Line-up fraîcheur citron. Si ces trois éléments ne vous rappellent rien, c'est que vous n'avez sans doute pas connu les fameux jeudis du Pulp, club des Grands Boulevards qui a beaucoup fait pour la tolérance, l'éclectisme et l'ouverture d'esprit d'une paire d'entre nous. À l'occasion de cette remise à jour d'une des soirées les plus turbulentes de Paris (aussi bien sur le plan musical que militant), nous sommes allés passer un moment avec Fany Coral et Stéphanie Fichard, moitiés de Kill The DJ et piliers du Pulp, pour discuter de leur label, de militantisme queer féministe et de gender bending...

Lire l’article en entier sur Noisey

 

Pourquoi la France n’a pas son Azealia Banks, 9 octobre 2014

Le rap est régulièrement stigmatisé et critiqué pour son virilisme, ses idées homophobes renforçant les stéréotypes machistes et l’objectivation du corps féminin. Mais si la majorité des rappeuses restent cantonnées au statut de « featuring » ou ne bénéficient pas de carrières aussi florissantes que leurs homologues masculins, d’autres ont temporairement réussi à se distinguer...

Lire l’article en entier sur Noisey

 

Les tribute bands féminins ne sont pas seulement là pour rigoler, 29 septembre 2014

Slims en cuir, chaînes cloutées, bracelets de force, guitares hurleuses et patronymes en clin d’œil à leurs inspirateurs, les tribute bands féminins de groupes metal se la donnent depuis une dizaine d’années à la joie d’un public nostalgique et curieux de découvrir la version femelle de leurs chouchous. Derrière l’hommage sincère et les prouesses musicales, on découvre parfois un pied de nez taquin à une industrie majoritairement masculine...

Lire l’article en entier sur Noisey

  • 07 Octobre 2014

Rohff-Booba : la fiction du "rap game" rejoint la réalité, 23 avril 2014

Depuis 4h ce mercredi matin, le rappeur Rohff est en garde à vue à Paris pour avoir participé avec trois acolytes au tabassage d’un vendeur de la boutique Unküt, tenue par son rival Booba. La victime, un jeune homme de 19 ans, reste hospitalisé, même si ses jours ne sont plus en danger selon Le Parisien. La fiction du «rap game» rejoint la réalité, un triste classique dans le hip hop, mais aussi un moyen politiquement incorrect de faire parler de soi, d’asseoir une certaine légitimité et de fantasmer un Paris au parfum de gangsta rap...

Lire l'article en entier sur Slate

  • 23 Avril 2014

VIDÉO : Il met un legging et piége les mecs matant ses fesses : du sexisme à l’homophobie, 11 mars 2014

En France, personne ne connaissait son nom il y a une semaine. En quelques jours, Yousef Saleh Erakat, a créé le buzz sur internet grâce à sa vidéo Yoga Pants Prank qui a été visionnée près de 10 millions de fois sur YouTube.

 Dans cette séquence, ce jeune comique palestino-américain de 22 ans se gare sur un parking, accoutré d’une paire de leggings moulant, et enchaîne les positions postérieur en l’air/visage caché dans sa voiture pour démontrer que les hommes regardent les fesses des femmes. Faux scoop ? Sexisme ?...

Lire l’article en entier sur Le Plus

  • 11 Mars 2014

Affinités électives : exposition "Correspondances" d’Annette Messager au Musée d’Orsay

En circuits fermés : "Fair Play" et "Je vais bien ne t’en fais pas"

 

Et la lumière fut : 3e édition de l’exposition de photo l’Oeil en Seyne

 

Lettres de Rosa : Anouk Grinberg lit des lettres de Rosa Luxemburg

 

Rentrer dans ses fonds : les archives photographiques de Saint-Quentin-en-Yvelines

 

 

Saint-Tropez investit dans l’art actuel : Art’ Fab

 

Les espaces de Bioulès : exposition Bioulès à Céret

 

 

  • 06 Janvier 2014

Veejaying : les nouveaux DJ de l’image, 25 juillet 2007

Il y a dix ans, personne ne connaissait encore cette expression artistique. Le "VJ-ing"-ou veejaying- a pourtant vu le jour dans les années 1990. Né sur la scène techno, ce mouvement de s’est approprié de nouveaux espaces festifs, valorisant autant l'esthétique que l'acoustique.

Popularisé par la chaîne musicale américaine MTV, le sigle ‘VJ’ [‘vidéo-jockey’] faisait à l’origine référence aux animateurs et présentateurs de clips vidéo. Le terme a évolué et désigne désormais des créateurs d’animations visuelles. Bien ancré dans l’air du temps, le VJ-ing prospère au rythme des avancées technologiques. Il connaît aujourd’hui un succès accru en s’ouvrant à de nombreux styles musicaux : jazz, rock et même classique...

Lire l'article en entier sur Cafébabel

 

Agnès Bihl : "Je ne poète pas plus haut que mon cul" 9 décembre 2006

« J’aurais aussi bien pu être écuyère, danseuse de french cancan ou princesse », plaisante d’emblée Agnès Bihl. Attablée dans la salle d’un restaurant américain en plein cœur de Paris, elle commande immédiatement un Expresso, en se moquant de ses genoux croûtés sous ses collants noirs. Si cette jeune trentenaire respire l’humour, ses traits sont tirés. « Je reviens d’une semaine de vacances avec des enfants, ce n’était pas de tout repos », confie-t-elle en tirant frénétiquement sur une Chesterfield bleue. Son minois n’en reste pas moins charmant. « C’est affreux, » dit-elle, « c’est le syndrome des cheveux blonds. Car si j’ai l’air douce, ce n’est jamais que du trompe-l’œil ! »...

Lire l'article en entier sur Cafébabel

  • 06 Janvier 2014