Féminisme

La carta que cuestiona la censura de pezones en Facebook, article sur le site chilien Belelu, 7 avril 2015

La carta que cuestiona la censura de pezones en Facebook, article sur le site espagnol Belelu, 7 avril 2015

Eloise Bouton acaba de publicar un libro sobre su experiencia en Femen, la organización feminista. A Facebook le pareció que foto de la cubierta era inapropiada, por lo que suspendió la cuenta de la autora, quien comparte en El Huffington Post una carta a Mark Zuckerberg...

Lire l'article en entier sur Belelu

  • 07 Avril 2015

"Mark Zuckerberg, basta ya de censurar los pechos en Facebook", tribune "Seins sur Facebook, arrêtez la censure Mark Zuckerberg" traduite dans le Huffigton Post espagnol, 7 avril 2015

Hola, Mark, El 29 de enero publiqué Confession d'une ex-Femen en Editions du Moment. Tan contenta, decidí ponerme de perfil en Facebook la foto de la portada de mi libro. Claro está, sin contar con el exceso de pudor engañoso de tu reino virtual, ni con su tendencia a censurar como el que no quiere la cosa...

Lire l'article en entier sur le Huffington Post

  • 07 Avril 2015

Article déjeuner débat à l'Hôtel Rapahël avec Véronique Valcke, Charlotte Renard, Jeanne Courouble, Roland Escaig, Nelson Monfort, Christian Mas, Ivan Dumezic, Cédric Audebert et Norbert Henrot dans le magazine Tentation n°97, printemps 2015

 

Diplômée de l'Institut Français de Presse et de la Sorbonne Nouvelle, Éloïse Bouton est aujourd'hui journaliste freelance spécialisée en société, culture et musique pour la presse écrite et le web, traductrice indépendante en anglais et aussi militante féministe. La première Française à avoir milité pendant deux ans au sein de l'organisation radicale Femen venue d'Ukraine. Il fallait oser. Mais son livre Confession d'une ex-Femen, qui vient de paraître aux Editions du Moment, est parfois...

 

Article déjeuner débat à l'Hôtel Rapahël dans le magazine Tentation n°97, printemps 2015

Article déjeuner débat à l'Hôtel Rapahël dans le magazine Tentation n°97, printemps 2015

  • 21 Mars 2015

"Françoise Hardy ou la misogynie à l'ancienne", tribune dans le Huffington Post, 9 mars 2015

Ah Françoise Hardy, toute une génération, une époque et la figure de proue du yéyé, cette bande d'ultra whites bien propres sur eux, venue assassiner le rock n' roll à coups de twist mièvre et de conformisme dégoulinant dans les années 60, imposant l'insipidité comme ingrédient inhérent à la variété. Ce calque mesquin de la subversion anglo-saxonne qui nous a valu des « Biche oh ma biche » pendant que Curtis Mayfield et The Impressions chantaient « It's All Right » outre-Atlantique. Passons.

Françoise Hardy donc, sort un livre dans lequel elle dézingue tout le monde. Les bonnes feuilles parues dans Le Figaro - une compilation d'invectives envers les femmes progressistes...

Lire l'article en entier sur le Huffington Post

  • 09 Mars 2015

"Quand La Barbe moque l’absence de femmes au pouvoir", article dans Le Monde, 7 mars 2015

Le 10 février, elles ont débarqué dans l’auditorium du Monde, où devait se tenir une soirée de débats consacrés aux « voix de l’économie ». Motif de la colère des militantes féministes du collectif La Barbe ce jour-là : sur les 17 économistes invités, 16 sont des hommes. « Les expertes ne sont pourtant pas si difficiles à trouver », relève Eloïse Bouton, membre du groupe depuis 2010, qui figurait parmi les « barbues »...

Lire l'article en entier sur le site du Monde

  • 07 Mars 2015

Des seins politiques, article dans Le Monde, 27 février 2015

Le 20 décembre 2013, Eloïse Bouton est montée, seins nus, sur l'autel de l'église de la Madeleine. Sur son torse l'inscription "344e salope" (en référence au fameux "Manisfeste des 343" de 1971) entendait dénoncer le gouvernement Rajoy et les dirigeants catholiques espagnols, décidés à revenir sur la légalisation de l'avortement. A la sortie du tribunal, où elle a été condamnée à un mois de prison avec sursis (trois à quatre mois étaient requis), 2 000 euros de dommages et intérêts et 1 500 euros de frais de justice, Eloïse Bouton a affirmé que son acte n'avait rien de "sexuel". Elle s'est étonnée que la justice ignore la portée politique de son geste et que ses seins peints d'un slogan soient jugés "érotiques". La militante voit dans ce jugement une tentative de désapproprier les femmes de leur corps, de nier l'usage politique qu'elles peuvent en faire ainsi qu'une façon sournoise d'interdire les actions des Femen...
 

 

  • 27 Février 2015

"Eloïse Bouton, ex-Femen : stop à la culture du viol", interview filmée sur L'Humanité.fr, 18 février 2015

A l'occasion de la sortie de son livre "Confession d'une ex-Femen", Eloïse Bouton" se confie au micro de l'Humanité.fr sur ses relations avec Inna Shevchenko et les raisons de son départ de la célèbre organisation féministe. Ne reniant absolument pas son engagement au sein de Femen la jeune journaliste, toujours engagée dans le combat pour les droits des femmes réagit à l’acquittement annoncé de DSK, regrettant que son procès n'ait pas permis de mettre au cœur des débats  la "culture du viol", qui hante notre société où le pouvoir et l'argent permet impunément de disposer du corps d'une femme (prostituée ou pas) sans son consentement.

Revoir l'interview en entier sur le site de L'Humanité

  • 18 Février 2015