Articles récents

Avec House of Consent, Éloïse Bouton questionne les liens entre violence et sexualité, 7 septembre 2018

House of Consent est une toute nouvelle plateforme en ligne pensée comme un outil d’éradication de la violence du quotidien, permettant une sexualité plus épanouie. Nous avons discuté avec la journaliste Éloïse Bouton, cofondatrice de ce site...

Lire l'article sur Cheek

  • 07 Septembre 2018

La violence des femmes sous silence, 20 septembre 2018

Aileen Wuornos, Nannie Doss, Élisabeth Bathory… Connaissez-vous ces noms ? Si ce n’est pas le cas, rien d’étonnant. Si au contraire, vous avez déjà entendu parler de ces serial killeuses, sachez que ces femmes rendues célèbres par leur actes violents font figure d’exception. En effet, depuis toujours, notre société rechigne à parler de la violence des femmes, qu’elle soit physique, sexuelle ou psychologique...

Lire l'article sur HOC

 

Ce que cachent les préliminaires, 10 septembre 2018

Ah, les préliminaires… Ce concept apparu au milieu des années 1980, avec pour mission de rallonger le temps entre le début du rapport sexuel et la pénétration. Enfin, les femmes seraient prises en compte dans leur sexualité et se verraient octroyer le droit de jouir, comme les hommes. Euh, vraiment ?...

Lire l'article sur HOC

 

Après avoir travaillé pendant des années sur les questions du consentement, des violences et de la sexualité, nous sommes arrivés au constat que la violence était présente dans tous les aspects de la vie, tout le temps, même là où on ne la voyait pas et qu’elle était souvent responsable de nombreux dysfonctionnements et souffrances dans notre intimité et nos relations aux autres. Nous avons alors émis le projet fou d’essayer de vivre une vie sans violence, en commençant par apprendre à l’identifier et à la traiter en temps réel.

Nous sommes Éloïse Bouton et D’ de Kabal, une femme blanche queer et un homme noir hétérosexuel, discriminé.e chacun.e à son endroit. Nous avons été victimes de violences et nous avons pris la mesure de leur impact sur la construction de notre intimité. Pour devenir, il faut d’abord être, nous sommes House of Consent.

House of Consent (HOC) est un espace safe qui vise à informer et accompagner sur la sexualité, le consentement, les violences et les liens qui peuvent exister entre ces trois formes d’interactions. Car nous sommes là pour témoigner que si la quête est difficile, elle est possible, et surtout que le chemin en vaut la peine.

À suivre ...

Voir le site de House of Consent

 

  • 25 Août 2018

Table ronde sur la place des femmes dans le rock et le hip hop, 24 août 2018

Dans le sillage d’une actualité encore bouillonnante, l’IDéal invite le collectif international She Said So pour s’interroger collectivement sur la place des femmes dans le rock et le hip hop en revenant sur l’histoire parallèle de ces deux courants émancipateurs, revendicateurs et parfois subversifs...

Voir l'événement 

  • 24 Août 2018

Débat sur la place des femmes dans le hip hop à Namur en Belgique, 25 août 2018

Depuis sa naissance à la fin des années 70 dans les quartiers du Bronx new-yorkais en feu, la culture HipHop est apparue comme une culture essentiellement masculine. Mais avec le temps, les femmes ont su prendre leur place dans ce milieu, et de nombreuses artistes féminines récoltent aujourd’hui un succès amplement mérité...

Voir l'événement Facebook

  • 24 Août 2018

Le rap est-il devenu le nouveau standard français ?, 17 août 2018

Peut-on aimer IAM et PNL ? Wu Tang Clan et Migos ? Nekfeu ou Kaaris ? Ou les premiers parlent-ils aux parents, les seconds aux enfants ? Comment les labels et les artistes jouent sur l’effroi parental ? Quels sont les nouveaux codes du rap ?...

Écouter le podcast

  • 17 Août 2018

 "Le rap c'est pas ce qu'on aimerait nous faire croire", 29 juillet 2018

Interview pour le projet Urbaines de l'association nancéienne Yaka Fokus. 

 

  • 29 Juillet 2018

Chilla, femme de rap, interview, 24 juillet 2018

À 24 ans, Chilla explose dans le rap depuis la sortie de son album Karma. Entre coups de gueule féministes et textes plus intimes, la rappeuse se fait une place dans un univers très masculin...

Voir la vidéo

  • 24 Juillet 2018

"Madame Rap, balance ton corps", juin 2018

 

"Ce que Madame Rap cherche, c’est de rendre visibles les minorés, les non-entendus, ceux que l’on n’écoute pas; mettre en lumière la plura- lité des humains. C’est comme ça que l’on œuvre pour conquérir l’égalité des conditions. Il s’agit de rééquilibrer, de combler l’asymétrie qu’il y a entre la norme dominante et les atypiques. Créer de nouveaux modèles et de nouveaux repères avec lesquels les gens vont grandir et s’éduquer. "

Lire l'article en ligne

  • 27 Juin 2018

Rap : mélange des genres, 15 juin 2018

Si les figures queer s’affirment dans le hip-hop américain depuis plusieurs années, elles peinent encore à se montrer en France, où les questions d’identités sexuelles restent largement taboues. Panorama.

Lire l'article sur Libé

  • 15 Juin 2018

Interview, 7 juin 2018

Interview filmée aux Trinitaires à Metz lors du cypher Madame Rap "Rappeuses de l'Est", organisé dans le cadre du festival East Block Party #9

Voir la vidéo

 

  • 07 Juin 2018

Encuentro con 'Madame Rap', 23 mai 2018

Article dans le journal indépendant espagnol El Salto, traduction d'un entretien pour la Revue Ballast le 14 mars 2018

Primer medio francés dedicado a las mujeres en el hip hop, Madame Rap vio la luz en 2015. Un espacio “entre educación popular y lucha por la igualdad” fundado por la periodista independiente y activista feminista Éloïse Bouton. En él encontramos nombres conocidos y otros que no lo son, pacientemente encontrados en todo el mundo...

Lire l'article sur El Salto

  • 23 Mai 2018

Soutenez Madame Rap, pour un media indépendant des rappeuses du monde entier, 17 mai 2018

"Visibiliser les rappeuses et les arts de rue au féminin." La démarche est claire et incisive. Il vous reste jusqu'au 18 mai pour apporter votre soutien financier à Madame Rap, média numérique et indépendant des rappeuses des quatre coins du monde...

Lire l'article sur Culture 31

  • 17 Mai 2018

Peut-on écouter Tchoin et être féministe ? Rencontre avec Éloïse Bouton de Madame Rap, 16 mai 2018

Depuis le début des manifestations étudiantes et le blocage de nombreuses universités à travers le pays, les élèves s’organisent pour faire vivre le blocus dans leurs établissements. À Science-Po Rennes, les esprits s’éveillent autour de conférences et débats organisés dans les amphis. Le 24 avril dernier, c’est Éloïse Bouton militante féministe et créatrice du site Madame Rap qui intervient...

Lire l'article sur Exhalaisons

  • 16 Mai 2018

Madame Rap, le premier média dédié aux femmes dans le hip hop, 15 mai 2018

 

Voilà, maintenant qu’on a fait le tour des clichés les plus coriaces sur l’univers du rap, permettez-nous de vous présenter Madame Rap, un site créé il y a trois ans et qui a à cœur de faire changer le regard que l’on porte sur ce genre musical, en mettant en avant les talents au féminin. Parce que oui, ils existent...

Lire l'article sur Cocy

  • 15 Mai 2018

Rap et féminisme, témoignage de liberté, 4 mai 2018

Rap et féminisme. Deux mots bien connus pour leur caractère soit disant contradictoire. Désormais, leur union prend sens pour bon nombre d'entre nous, ou provoque des interrogations chez d'autres. Malgré tout, l'imaginaire collectif continu d'alimenter le caractère antinomique de ces deux mots, réfractaire de se défaire de nombreux clichés. Nous en avons discuté avec Éloïse Bouton, journaliste, autrice, féministe et militante LGBT+ mais aussi fondatrice de Madame Rap, premier média consacré aux femmes dans le rap...

Ecouter le podcast

  • 04 Mai 2018

Madame Rap prouve que le hip-hop n’est pas le genre le plus misogyne avec cette vidéo de 30 chansons, article dans le magazine québécois de hip hop HHQC, 3 mai 2018

Madame Rap existe depuis près de trois ans. Fondé par une féministe et journaliste indépendante du nom d'Éloïse Bouton, il est le premier média (français) en ligne dédié aux femmes dans le hip-hop. Sa mission est de célébrer le rap, le hip-hop et les arts urbains en général au féminin. En chiffre, le site recense plus de 1200 rappeuses du monde entier. On y retrouve aussi plus de 100 interviews d'artistes et figures de la scène hip-hop. Bref, une initiative plus qu'intéressante...

Lire l'article

  • 03 Mai 2018

Cette vidéo compile 30 chansons populaires bien sexistes qui ne sont pas du rap, dans le magazine féminin belge Flair, 2 mai 2018

Surprise (ou pas), il n’y a pas que le rap qui détient son lot de chansons sexistes. Le site Madame Rap, premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop, a réalisé une vidéo répertoriant 30 chansons populaires bien sexistes qui ne sont pas du rap!

Lire l'article

  • 02 Mai 2018

Madame rap, le premier média rap dédié aux femmes, 2 mai 2018

Cela fait maintenant trois ans que Madame Rap existe. Fondé par Éloïse Bouton, autrice, militante féministe et journaliste indépendante, ce média possède de grandes ambitions et espère se développer dans les mois à venir. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a lancé récemment une campagne afin de réunir 5000 euros. 4000 euros pour refondre entièrement le site internet, 1000 euros pour la rémunération des artistes et les différents prestataires...

Lire l'article

  • 02 Mai 2018

Chronique de Nadia Daam dans la matinale d'Europe 1, 1er mai 2018

Il serait faux et malhonnête de dire que le rap a l’apanage du sexisme et de la misogynie. On exige des rappeurs ce qu’on ne demande pas aux artistes d’autres genres musicaux. C’est ce que tente de démontrer Madame Rap. Madame rap, c’est le premier média français dédié aux femmes dans le hip hop, qui fait d’ailleurs l’objet d’une campagne de financement participatif sur Ulule...

Ecouter le podcast

  • 01 Mai 2018

Interview lors de la rencontre Madame Rap organisée par le festival Hip Opsession à Trempolino à Nantes, 6 mars 2018  

Voir la vidéo

  • 23 Avril 2018

Madame Rap, le média dédié aux femmes dans le hip-hop a besoin de nous, 23 avril 2018

Aidons Madame Rap. Fondé en 2015 par la journaliste Eloise Bouton (Brain Magazine, Causette, Cheek...), le webzine permet de mettre en lumières les rappeuses et “les arts de la rue au féminin, le rap queer et les LGBT+ dans le hip-hop et les discours hors normes”.En se baladant sur le site, vous partirez à la découverte d’artistes du monde entier comme la Mexicaine Niña Dinoz ou encore le crew de Toronto The Sorority. Madame Rap ce n’est pas seulement un média mais aussi un label et une agence de booking !...

Lire l'article sur Tsugi

  • 23 Avril 2018

Invitée dans l'émission Thelma et Louise sur "Le rap est-il féministe ?", 17 avril 2018

La musique rap est souvent considérée comme sexiste, violente et homophobe. D’ailleurs, on l’a vu récemment avec les polémiques autour des rappeurs Orlesan et Damso. C’est vrai, les exemples de morceaux dans lesquels les femmes sont objectifiées, insultées, réduites à leurs corps sont nombreux (“J’vais te marie-trintigner”, ou encore le fameux “t’écarte les cuisses pour un Filet O’Fish”). Cela fait-il pour autant du rap le style de musique le plus sexiste? Pourquoi les rappeurs s’inscrivent-ils dans ces codes d’hyper-virilité? Et est-ce que cette tendance évolue?...

Ecouter le podcast

  • 17 Avril 2018

Invitée de Gouinement Lundi, 26 mars 2018

Gouinement Lundi, l’émission féministe au prisme lesbien, bi et trans, consacre cette émission au hip-hop et au rap à la lumière de deux événements : le festival Intersection organisé par l’association Baham Arts à Montreuil les 3 et 4 mars 2018 et la programmation de Madame Rap au festival Les Femmes S’en Mêlent.

Avec comme intervenantes :

  • Eloïse Bouton, fondatrice de Madame Rap, premier média en France dédié aux femmes dans le hip-hop;
  • Original Laeti, une des rappeuses présente sur la scène du festival Intersection;
  • Julie Rozen, à l’oringie de cours de danse de hip-hop queer à Paris.

Écouter le podcast

  • 26 Mars 2018

Interview enregistrée dans le cadre du festival Les Femmes S'en Mêlent à La Machine du Moulin Rouge, 17 mars 2018

Antoine Dabrowski et Alexis Bernier ont passé 90 minutes au cœur des Femmes s'en mêlent, le festival qui met à l'honneur la scène féminine dans toute sa diversité depuis 20 ans. En partenariat avec agnès b. et en direct de la Machine du Moulin Rouge avec : Cata.Pirata, Stéphane Amiel, la journaliste Eloïse Bouton de Madame Rap, Marine De Bruyn pour le collectif shesaid.so ainsi que la rapeuse suisse KT Gorique.

Écouter le podcast (à partir de 31'25)

  • 17 Mars 2018

Rencontre avec Madame Rap, entretien dans Ballast, 14 mars 2018

"Musique urbaine" ne veut rien dire et c’est de l’appropriation culturelle. C’est un mot fabriqué par la classe dominante, qui a été posé sur une culture méprisée pour l’institutionnaliser, la récupérer et l’abîmer. Dire "cultures urbaines" permet de dédiaboliser le hip-hop aux yeux de ceux qui ne le connaissent pas et ne le respectent pas. Le hip-hop réunit le rap, le graffiti, la danse, le DJing et le beatboxing, mais dans "musique urbaine", on met tout et n’importe quoi dans le même sac : le RnB, la soul, le reggae et le rap, c’est-à-dire des musiques de non-Blancs, en gros, de jeunes Noirs et d’Arabes violents qui vivraient dans cette fameuse, grande et unique "banlieue kifésipeur". C’est comme les formules "Black music" ou "musiques du monde". Il existerait une musique rurale, marine, forestière, blanche, gay ou qui vient d’Uranus ?...

Lire l'entretien sur Ballast

  • 14 Mars 2018

Table ronde organisée par l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et les étudiant.e.s du Master 2 "Communication Interculturelle et Ingénierie de Projets" dans le cadre de La Semaine des Arts et des Médias, 12 mars 2018

Avec : 

◆ Éloïse BOUTON
Auteure et journaliste indépendante, membre de l’AJL, Association des Journalistes LGBT, elle travaille notamment avec Causette, Les Inrocks et Brain magazine. Ancienne Femen, elle se définit comme militante féministe «sans étiquette». En 2015, elle fonde Madame Rap, média dédié aux femmes dans le Hip Hop.
◆ Marion DALIBERT
Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Lille 3, son travail interroge les rapports de genre, de «race» et de classe qui se manifestent dans les médias et la manière dont ces rapports participent à la production du nationalisme.
◆ Stéphane GERARD
Il utilise le cinéma comme un moyen de faire de la recherche historique et politique autour d’identités minoritaires. Son travail à l’université comme pour ses films porte sur l’histoire des représentations de l’épidémie du sida, des luttes LGBTI, des images des Noirs dans le paysage audiovisuel français.
◆ OcéaneRoseMarie
Comédienne et réalisatrice engagée dans la lutte contre le racisme et les discriminations et sur la question de l’homosexualité. Son spectacle La lesbienne invisible a été joué plus de 500 fois en France. Elle est actuellement en tournée avec son deuxième spectacle Chatons violents. 
◆ Rosa MOUSSAOUI
Journaliste à la rubrique politique de L’Humanité, spécialisée dans la couverture du Maghreb, de l’Afrique, de la Grèce et des questions sociales, elle a contribué en 2007 à l’ouvrage collectif Histoire de la colonisation : justifications, falsifications et instrumentalisations. 

Voir l'événement Facebook

  • 12 Mars 2018

Animation des Kif Kif, le prix de l'égalité femmes-hommes, 22 mars 2018

Rendez-vous jeudi 22 mars à 20h à Stéréolux à Nantes pour les Kif Kif, le prix de l'égalité femmes-hommes, que j'ai eu l'honneur et le plaisir d'organiser avec Eric Warin et Les Fameuses et que je co-animerai avec La Belle Boîte.

Cette cérémonie, qui se tiendra dans le cadre du Printemps des Fameuses, est la première à considérer l’égalité d’un point de vue transversal et à distinguer des femmes et des hommes qui œuvrent pour l’égalité au niveau national et dans tous les domaines de la société. Désigné.e.s par un jury d’expert.e.s, ces artistes, dirigeant.e.s d’entreprise, chercheur.e.s, médias ou associations seront récompensé.e.s pour leur investissement et leurs initiatives, qu’elles soient de grande ou de petite ampleur.

Dans une ambiance à la fois festive et solennelle, les Kif Kif entendent valoriser un objectif atteint, mais aussi encourager des démarches en cours, particulièrement innovantes ou exemplaires.

Entrée gratuite mais inscription obligatoire par ici et événement Facebook par là.

  • 10 Mars 2018

Animation de la table ronde "Y a-t-il une place pour une presse féministe ?", Printemps des Fameuses, Nantes, vendredi 23 mars 2018

Alors que le mouvement #MeToo a envahi la une des plus grands magazines et quotidiens américains, comment la presse écrite française s’est-elle emparée du sujet ? Pourquoi la France demeure-t-elle réticente à offrir des tribunes aux femmes victimes de violences ? De l’affaire DSK à #BalanceTonPorc et #MeToo en passant par l’affaire Cantat et Baupin, ou l’usage du terme "féminicide", retour sur ces spécificités françaises, pas toujours très reluisantes et sur les difficultés auxquelles se heurtent les titres qui résistent et continuent de proposer un "vrai" contenu féministe...

Toutes les infos sur Le Printemps des Fameuses c'est par ici.

  • 09 Mars 2018

Interview • Éloïse Bouton of Madame Rap, 8 mars 2018

Ellen avait le plaisir de parler avec Eloise Bouton, journaliste, féministe, LGBTQ+ et fondatrice de la plateforme en ligne, Madame Rap, dédié au hip hop féminin...

Ecouter le podcast

  • 08 Mars 2018

Le Rap féminin va t-il exploser en France ?, 8 mars 2018

D' de Kabal, rappeur et Éloïse Bouton, journaliste et créatrice du 1er media dédié aux femmes dans le Hip Hop en France « Madame Rap » sont les co-auteurs du documentaire « Le bruit de nos Silences » sur les questions de sexualité, d’intime et de rapport à la violence. L’occasion de leur poser la question "Pourquoi le rap féminin n’explose pas en France ?"...

Voir l'interview vidéo

  • 08 Mars 2018

Madame Rap dans le Direct de Libération, 8 mars 2018

Un peu de musique pour la pause dej' ! Voici une sélection préparée par le site Madame Rap : du Togo au Guatemala, découvrez 60 rappeuses qui se battent pour les droits des femmes...

Lire l'article

  • 08 Mars 2018

Le tatouage, un nouveau territoire d'expression féministe, 7 mars 2018

"De son côté, Éloïse Bouton voit dans le tatouage un moyen de mettre en lumière des passages d’œuvres écrites par des femmes qu’elle estime trop peu reconnues et d’afficher ses convictions silencieusement. Car pour l’ex-Femen, le corps est éminemment politique. On peut notamment lire un extrait de Written on the Body de Jeanette Winterson sur son dos..."

Lire l'article sur Cheek

  • 07 Mars 2018

Interview dans l'émission La Tempête de Sale du Règlement, 7 mars 2018

"Il ne faut pas oublier que c'est un espace de liberté d'expression pour les rappeuses", nous dit Eloise Bouton, notre invitée de la semaine, qui a créé le blog Madame Rap. Son site recense plus de soixante rappeuses françaises actives, et plus de 1200 dans le monde entier.

Et puis, même quand il est sexiste, le rap est honnête, droit dans ses rimes, et on peut le critiquer et le rejeter plus facilement, non ? Pas comme les Rolling Stones, Claude François et bien d'autres...

Ecouter le podcast

  • 07 Mars 2018

Rendez-vous mardi 6 mars à Nantes à Trempolino pour une table ronde gratuite organisée par Madame Rap et le festival HIP OPSESSION, suivie d'un showcase de la rappeuse Illustre et d'un open mic.

HIP OPSESSION invite Éloïse Bouton et plusieurs intervenant.e.s à échanger autour de l'activisme hip hop au féminin et à discuter de comment se porte cette scène en 2018. Alors que rap et féminisme sont souvent jugés irréconciliables, faut-il appréhender le hip hop comme un prolongement de nos sociétés patriarcales et sexistes, ou comme un vecteur d'émancipation, support de l'empowerment ? Ces échanges seront suivis d'un showcase de la femcee clermontoise Illustre et d'un open mic.

L'événement Facebook c'est par ici.

  • 06 Mars 2018

Éloïse Bouton dans le 1er freestyle orchestré, 5 mars 2018

Ex-membre des Femen, 1ère femme condamnée pour exhibitionnisme lors d’une manifestation pro-avortement à Paris, journaliste engagée et indépendante pour Causette où encore Daron, ( magazine masculin émergent dédié à la cible éponyme ), Éloïse Bouton use d’un discours inspirant et franc pour dénoncer les inégalités que notre société couve en silence...

Lire l'article et voir l'interview vidéo

  • 05 Mars 2018

Pour la deuxième année consécutive, Madame Rap a le plaisir et l'honneur de s'associer au festival Les Femmes S'en Mêlent.

Rendez-vous à Paris à La Machine du Moulin Rouge :

- jeudi 15 mars pour une table ronde au Bar à Bulles sur le thème : "Le rap, un espace de liberté pour les femmes ?" avec :

- Stélyna (rappeuse)
- D' de Kabal (cofondateur du groupe Kabal, qui a marqué la scène rap durant les années 1990, auteur et metteur en scène),
- Emmanuelle Carinos (doctorante en sciences sociales au CRESPPA, co-fondatrice à l'Ecole Normale Supérieure de La Plume et le Bitume, séminaire consacré à la stylistique des textes de rap)
- Karim Hammou (chercheur au CNRS, auteur du livre "Une histoire du rap en France" et du blog Sur son rap).

- samedi 17 mars pour un plateau 100% rap au féminin programmé par Madame Rap avec les concerts des rappeuses KT Gorique, Blimes Brixton et Reverie.

Tout le programme du festival c'est par ici et la billetterie c'est par là.

  • 21 Février 2018

 

Vous l’aurez remarqué, la parole des hommes est omniprésente dans notre monde, souvent au détriment de celle des femmes. Et pourtant, certaines paroles masculines restent rarement entendues. Tourné fin 2017 en Martinique, ce documentaire nous plonge au cœur de ces silences, à travers la quête de D’ de Kabal, cofondateur du groupe Kabal, qui a marqué la scène rap durant les années 1990, auteur, metteur en scène et « chercheur en écrit et oralité ».

Après avoir créé plusieurs spectacles sur la déconstruction du masculin, dont L’homme-femme / les mécanismes invisibles, D’ lance en février 2016 des Laboratoires de déconstruction et redéfinition du masculin par l’art et le sensible, groupes de paroles non-mixtes réservés aux hommes. L’artiste initie d’abord « ce projet individuel qui ne peut que se transformer en projet de société » à Bobigny (93), où il vit, puis à Villetaneuse (93), Kourou, en Guyane, et Fort-de-France, en Martinique, d’où il est originaire.

En Martinique, comme ailleurs, les hommes livrent une parole inédite. En échangeant autour de l’intime, du désir et de la notion de consentement, et avec l’art comme fil rouge, ils tentent de se défaire des injonctions de la société à être un « vrai homme » pour construire un « homme véritable », en phase avec sa sensibilité profonde.

Dans le contexte actuel de #BalanceTonPorc et #MeToo, ce film démontre que la question du consentement et du désir dépasse largement les clivages de genre, transcende les différences culturelles et que la déconstruction du masculin constitue l’une des clés de l’égalité. 

 

LES AUTEURS

C’est par le biais de Madame Rap, premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop, que D’ de Kabal et Éloïse Bouton se rencontrent en 2016. En tant qu’homme artiste issu du rap, l’artiste se reconnaît dans le projet de la journaliste et militante féministe. Tous deux commencent alors à réfléchir à des moyens de créer des ponts et des espaces communs de travail sur les questionnements qui les habitent. A l’époque, D’ de Kabal, qui travaille depuis plusieurs années à l’écriture de spectacles autour des problématiques de genres, vient de lancer ses Laboratoires de déconstruction et redéfinition du masculin par l'art et le sensible.  Ce dispositif étant nouveau, l’artiste rencontre des difficultés à échanger sur le sujet avec des personnes suffisamment conscientes de la nécessité de déconstruire les modèles de références, tant masculins que féminins. Et lorsqu’il parle de consentement masculin, il n’est pas rare que ses interlocutrices/teurs ne comprennent pas de quoi il s’agit…

Il demande alors à Éloïse Bouton de développer une version féminine de son projet, afin de la proposer à un public de femmes à Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, mais aussi à Kourou en Guyane. La finalité, réunir les groupes de parole féminins et masculins en un laboratoire mixte pour faire converger les propos échangés.

Dans ces laboratoires mixtes, Éloïse Bouton découvre des hommes hétérosexuels qui parlent de désir, d’érection et de sexualité, sans fanfaronner ou dissimuler leur fragilité derrière des postures de domination, de connivence ou d’humour gêné. Il lui apparaît dès lors évident que D’ de Kabal et elle travaillent à des endroits différents, mais sur des problématiques similaires.

Pour le fondateur des laboratoires, ce travail commun marque un tournant dans son approche de différentes problématiques. Le regard d’Éloïse Bouton et son expérience importante avec des groupes de paroles féminins le conduisent à préciser sa réflexion et à penser en profondeur ses dispositifs réservés aux hommes. Le binôme qu’ils forment devient un moteur dans leurs recherches respectives : la façon dont le curseur bourreau/victime peut se déplacer, les questions relatives aux mécanismes de conditionnement et de stéréotypes de genres, la part de violence inhérente en chacun.e, sont autant de sujets sur lesquels leurs expertises respectives s’emboîtent, résonnent, font écho et composent ensemble.

De son côté, la militante féministe trouve dans ces laboratoires un intérêt majeur, comme un miroir aux travaux historiques sur le consentement et le désir féminins et la (re)construction d’un soi libéré du regard masculin ou des systèmes de domination. En quinze ans d’expérience associative, c’est la première fois qu’elle rencontre des hommes qui s’emparent de ces sujets de l’intérieur. Car la force et la particularité des participants à ces laboratoires résident avant tout dans leur position d’ « agents doubles » : ils questionnent la domination masculine, tout en faisant a priori  partie du camp des dominants. Il lui semble alors essentiel de parler de ce regard, qui apporte un éclairage nouveau, précieux et complémentaire sur l’oppression des femmes.

Ainsi, lorsqu’au début de l’année 2017, la journaliste propose à D’ de Kabal de co-écrire un documentaire sur ces groupes de parole, c’est tout naturellement qu’il accepte de porter à l’image ce travail et de le présenter à un plus grand nombre. Car si ces laboratoires balayent les injonctions sociétales qui oppressent autant les femmes que les hommes, ils proposent aussi des solutions pour les dépasser, sortir des clivages et de la binarité, et promettent une autre société, égalitaire. D’apparence utopique, il s’agit en fait d’une démarche très concrète, puisqu’elle part de la sensibilité de chacun.e, de l’intime, et brasse des notions qui nous concernent tou.te.s, au-delà de nos différences culturelles, sociales et identitaires.

 

Éloïse Bouton

 

Journaliste, autrice, militante féministe et LGBT+, Éloïse Bouton travaille notamment pour Causette, Cheek et Brain Magazine. Elle est également la fondatrice de Madame Rap, premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop.

 

D’ de Kabal

 

Cofondateur du groupe Kabal, qui a marqué la scène rap durant les années 1990, D’ de Kabal s’investit depuis 2006 dans le théâtre. Avec sa compagnie R.I.P.O.S.T.E., il écrit et met en scène une dizaine de spectacles, notamment autour des rapports hommes/femmes. En 2016, il lance des laboratoires de déconstruction et redéfinition du masculin par l’art et le sensible. 

 

INFOS

LE BRUT DE NOS SILENCES

Documentaire – 52 minutes – 2017

Diffusion : Mardi 6 mars 2018 à 23 h sur France Ô

Réalisation : Adrien Benoliel

Production : ROCHE Productions

Lien disponible sur demande

Télécharger le communiqué de presse du film

 

  • 19 Février 2018

En évoquant le sujet, je me suis rendue compte que presque toutes les femmes dans mon entourage en souffraient et qu'à part un gel visqueux bourré d'hormones et globalement inefficace, il n'existait aucune solution pour soulager de cet enfer.

Ce trouble bénin dû à un déficit en progestérone, qui survient généralement une semaine environ avant les règles au moment du syndrome pré-menstruel, concerne entre 50% et 80% des femmes. Donc une grande majorité. Les symptômes sont, au choix : gonflement des seins qui deviennent hyper douloureux/sensibles et granuleux, sensation d'être "pleine d'eau", inconfort dans ses vêtements, impossibilité de dormir sur le ventre ou sur le côté et de faire du sport ou toute forme d'activité physique, nécessité de mettre un soutif pour celles qui n'en mettent jamais ou de mettre un soutif plus grand qu'à l'ordinaire pour celles qui en mettent, douleurs lombaires ...

On se dit évidemment que si les hommes avaient les couilles qui gonflent et au bord de l'implosion une fois par mois, on aurait sûrement trouvé un remède efficace depuis l'Antiquité.

 

  • 14 Février 2018

"In gay we trust" : ouverture du procès contre la violence de nervis d'extrême droite, 17 janvier 2018

Huit hommes seront jugés à partir de ce mercredi 17 janvier pour "violences en réunion" contre neuf militantes Femen venues les affronter lors d’une manifestation anti-mariage pour tous en novembre 2012...

Lire l'article sur Têtu

 

  • 17 Janvier 2018

Charge mentale : les couples gays ne sont pas épargnés, septembre 2018

 

Déconstruire le mythe de la masculinté, septembre 2018

 

Le rap, art méprisé, décembre 2017

 

Edito : #BalanceTonPorc, #MeToo, l’ambivalente parole masculine", décembre 2017

 

 

  • 22 Décembre 2017

Tribune vidéo sur l'invisibilisation des rappeuses en France, StreetVox, 22 décembre 2017

  • 22 Décembre 2017

 
 
 
Je suis la première femme condamnée pour exhibition sexuelle en France.
 
Il y a 4 ans jour pour jour, j’ai mené une action individuelle torse nu et pro-avortement à l’église de la Madeleine à Paris avec Femen (dont je ne fais plus partie depuis 2014). Les cheveux ornés d’un voile bleu surmonté d'une couronne de fleurs, je me suis postée sur l’autel de l’église et ai brandi deux morceaux de foie de bœuf, symbole du petit Jésus avorté. Étaient peints "Christmas is canceled" dans mon dos et sur mon torse le slogan "344e salope", en référence au manifeste des 343 initié par des féministes en 1971, quand l’IVG était illégal, et qui s’exposaient alors à des poursuites pénales.
 
A l’époque, en Espagne, un projet de loi du gouvernement Rajoy envisageait de restreindre le droit à l’avortement. Le texte prévoyait d’annuler la loi de 2010 autorisant l’IVG jusqu'à 14 semaines et 22 semaines en cas de malformation du fœtus, pour l’autoriser uniquement en cas de grave danger pour la vie ou la santé physique/psychologique de la femme ou de viol. A la même période, à Strasbourg, le Parlement refusait de reconnaître l'IVG comme un droit "européen". À Dublin, plusieurs dizaines de milliers d'intégristes religieux manifestaient dans les rues contre l'IVG. Au Texas, une loi interdisait l'avortement au-delà de 20 semaines de grossesse. Aujourd’hui encore, ce droit est sans cesse remis en cause. Aux Etats-Unis, en Europe et aussi ici, en France.
 
C’était une action silencieuse et pacifique de 2 minutes, qui consistait à prendre des photos et dont le seul but était de dénoncer les positions l’église catholique et son ingérence dans la liberté des femmes à disposer de leur corps. J’avais attendu que l’église soit vide et avais pris soin de ne pas interrompre une messe.
 
Pourtant, le curé de La Madeleine a porté plainte contre moi pour exhibition sexuelle et le 17 décembre 2014, le Tribunal de grande instance de Paris m’a condamnée à un mois de prison avec sursis et à verser à l’Eglise 2 000 euros de dommages et intérêts et à payer 1 500 euros de frais de justice. J’ai fait appel de cette décision. Le 15 février 2017, la cour d’appel de Paris a confirmé la décision de première instance et ma condamnation. Je me suis alors pourvue en cassation et attends aujourd’hui le verdict.
 
Pendant des années, j’ai perçu la nudité comme un outil politique ou artistique. Mais cette condamnation m’a fait réaliser que c’était un combat en soi.
 
Je me suis rendue compte que ce n’était pas forcément le contenu de mon action qui posait problème mais le simple fait que mon propos existe. La société a réduit mon militantisme à un aspect psychologique et invalidé mon engagement en le dépolitisant. Alors que je souhaitais dénoncer une violence sexiste, mon geste a été commenté et analysé de manière sexiste. Pour résumer, une féministe qui se bat pour le droit à avorter se voit traiter d’exhibitionniste.
 
La dernière condamnation pour outrage à la pudeur publique, loi remplacée en 1994 par l’exhibition sexuelle, remonte à 1965 et concerne une jeune femme qui avait joué au ping pong topless sur la Croisette à Cannes, un geste dépourvu d’intention politique.
 
J’étais féministe avant cette action, le suis toujours aujourd’hui et le serai encore demain. Seins nus, j’ai défendu la même cause qu’habillée, celle des femmes. Chacun.e est libre de développer sa propre vision du féminisme et d’opter pour le mode d’action qui lui correspond le mieux. Certaines associations organisent des manifestations et défilent dans la rue, d’autres écrivent des tribunes ou distribuent des tracts. J’ai fait tout ça et n’ai pas décidé du jour au lendemain de descendre manifester topless dans la rue. Il s’agit d’une décision raisonnée et politique qui vise à éveiller à des questions de société et non à m’exhiber avec une intention sexuelle.
 
Ces procès posent notamment la question de l'égalité entre les femmes et les hommes à user de leur torse nu comme outil militant. En effet, quand des militants écologistes se dévêtissent pour protester contre la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ou que des intermittents du spectacle se dénudent pour interpeller les pouvoirs publics, tout le monde comprend que leur démarche est politique et personne ne les taxe d'exhibitionnistes. Alors pourquoi cela serait-il différent pour des femmes qui manifestent pour défendre leur droit à disposer de leur corps ? Est-ce que les seins sont un organe sexuel ? Les seins des femmes sont-ils plus "sexuels" que ceux des hommes ? Nos disparités biologiques ne justifient pas la domination masculine et une application différente de nos droits.
 
Pourtant en France, en 2017, une femme torse nu dans l’espace public peut être arrêtée et condamnée alors qu’un homme ne le sera pas. Son tort ? Etre une femme dotée d’un corps et choisir d’en faire ce qu’elle veut.

  • 20 Décembre 2017

"C’est quoi pour toi l’engagement ?"

Aujourd’hui, une ado de 14 ans m’a posé cette question.

J’ai commencé par lui répondre que c’était le fait de s’investir dans une cause à laquelle on croit, de prendre des risques pour la défendre, sans pour autant se mettre en péril, de se battre pour un projet ou un objectif qu’on s’est fixé. Et en parlant, j’ai réalisé à quel point je supportais de moins en moins le manque d’engagement dans tous les domaines de la vie. Pire, l’engagement de posture, celui que l’on publicise pour flatter l’ego et que l’on laisse à la porte de chez soi.

Ce discours ambiant de l’indigné-de-tout-mais-rien-à-foutre-de-rien, cette inclinaison à ne poser aucune hiérarchie de valeurs dans la vie, sauf quand ça nous arrange (pour justifier que notre viol était pire que celui du voisin, que la discrimination homophobe qu’on subit est plus hardcore que les violences sexistes que se mange la voisine, ou pour s’arranger avec nos contradictions d’altermondialistes bouffeurs de paras.)

En politique, où/qui sont les personnes qui tiennent leur ligne de bout en bout against all odds sans rester sourdes aux remarques et partages extérieurs, capables de poursuivre un combat, de conserver leur intégrité tout en évoluant et en se remettant en question ?

En amitié, où/qui sont les personnes qui ne considèrent pas parfois leurs ami.e.s pour acquis, qui travaillent à préserver le lien, sans s’encombrer de relations historiques, vestiges du passé incongrus dans le présent, maintenus par habitude, flemme ou bassesse ? Qui n’a jamais eu des ami.e.s faire-valoir, bouche-trous, complaisance, jalousie, mépris, réseau, défonce ou kleenex ? Qui n’a jamais reçu sans donner ? Qui s’attache vraiment à connaître, écouter et prendre soin des autres, à les regarder pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’on aimerait qu’ils soient ? Qui ne s’est pas un jour accommodé de cet.t.e ami.e raciste, homophobe, misogyne, agresseur/euse "qui a aussi plein de qualités à côté" ?

En couple, il y a celles et ceux pour qui l’engagement se résume à une exclusivité scellée par un bout de papier, à payer moins d’impôts, diviser un loyer par deux, enfanter (parce que sinon que faire ?) et passer sa vie aux côtés d’une personne sans plus vraiment savoir pourquoi, qui mentent, blessent, dissimulent, fuient, s’arrangent avec eux-mêmes, restent sans s’investir, démissionnent sans partir, par lâcheté, confort ou accoutumance. Ceux pour qui l’engagement est façade, qui prônent le respect à tout-va et ne se respectent pas eux-mêmes, qui ne se battront jamais pour cette conjointe qu’ils aiment, qui ne quitteront jamais ce conjoint qu’ils trompent, parce que "c’est ça la vie à deux".

D’autres qui se planquent derrière des concepts et invoquent le couple libre ou le polyamour comme engagement suprême, au nom de la liberté et de la coolitude, qui s’inscrivent dans des rapports de force et de domination, consomment les individus comme ils changent d’iPhone, qui n’affrontent rien, ne construisent rien, si ce n’est un semblant de relation qu’il faudrait leur envier, pour qui poser des limites et fixer des règles signifie avoir un balai dans le cul ou être intégriste et qui, quand on le leur signifie, nous renvoient à des arguments moraux ("toi qui montres tes seins dans les églises, t’es hyper réac en fait !"),

Il y a aussi ceux qui bradent tout, leur intimité, leurs émotions, leurs idées, leur sexualité, qui ont remisé leur courage au grenier et le sortent pour les coups de gueule quotidiens en 140 signes ou au jardin partagé du quartier le dimanche aprèm, qui élèvent des enfants sans transmettre, leur inculquent silencieusement leur non-engagement, qui font tout (ou plutôt rien) par peur du regard des autres, de déborder, de sortir du moule, d’être bruyant, de détonner, de ne pas être aimé, d’occuper l’espace tout en restant à sa place.

Pourtant, il existe des personnes "engagées". Plein. Et même si le mot est galvaudé, je voudrais les remercier, car à leur endroit, à leur manière, intime, profonde, absolue, fragile aussi, elles s’impliquent, se risquent, font, disent, parfois sans que grand-monde ne le remarque. Mais moi, (je suis loin d'être la seule), je vous vois, et vous avez toute mon admiration. ✊

  • 04 Décembre 2017

Table ronde "Féminisme et antiracisme dans les cultures urbaines" organisée par le Festival Les Créatives à Genève, 23 novembre 2017

 

Avec :

- Flèche Love (Amina Cadelli), auteure-compositrice chanteuse
- Keira Maameri, documentariste indépendante
- Faïza Guène, romancière, auteure de "Kiffe kiffe demain", et de "Un homme, ça ne pleure pas"
- Modération de Inès El-Shikh, co-fondatrice du collectif Faites des Vagues.

© Nicolas Carrard 

  • 23 Novembre 2017